Auto-stop et sécurité

Je ne pourrais pas compter le nombre de fois où l’on m’a affirmé que mon mode de vie ne fonctionne que parce que je suis un homme. La femme, c’est bien connu est un individu vulnérable qui attise les convoitises de toute l’engeance humaine. Je reconnais qu’une auto-stoppeuse a plus de risques d’être prise pour de mauvaises raisons mais être du genre masculin ne confère aucune barrière de protection. Cela dit, je ne cesserai pas pour autant de faire du stop à cause du danger potentiel que peut représenter cette foule de conducteurs inconnus.

Je suis persuadé qu’il est plus dangereux de marcher dans la rue que de se déplacer en auto-stop. Si l’on se met dans la tête de l’éventuel fauteur de troubles, comme il y a moins d’auto-stoppeurs que de passants dans les villes, il vaut mieux chercher dans ces dernières s’il est en quête de victimes. Tomber sur un auto-stoppeur est bien rare de nos jours, le mec qui tient absolument à se farcir un auto-stoppeur pourrait rouler longtemps. Le risque de tomber sur des rôdeurs est presque anéanti si vous empruntez une autoroute payante. On prend ces voies quand on veut être rapide, donc qu’on a l’objectif d’être au plus tôt à destination.

Vous me direz : « On ne sait jamais, il y a toujours un risque. L’autostop, ça peut être dangereux. » et vous vous sentirez puissants d’avoir raison. Tu sais, mon petit (Tu permets que je t’appelle « mon petit »), vivre, en soi, c’est très dangereux. C’est tout plein de maladies et de gens qui te malmènent, d’accidents stupides et de crimes atroces. Ca arrive moins sur la route que dans des foyers, des cités et même des villages. La peur, si elle n’évite pas le danger, peut faire passer à côté de la vie, alors tu fais plaisir au monsieur, tu quittes ton ordinateur et tu vas sortir un peu, ça te changera les idées.

D’accord, l’auto-stop n’est pas sans risque mais il y a un moyen ultime pour que le trajet soit sûr à 99,98% grâce à un formidable outil technologique : le téléphone portable. Je n’exagère pas, j’emploie des nombres invérifiables mais je peux expliquer ce pourcentage. Avant de monter dans un véhicule, notez la plaque d’immatriculation, au moment de parler au chauffeur, expliquez que vous l’envoyez par SMS à un ami – ou mieux, un organisme – chargé de savoir où vous vous trouvez par mesure de sécurité. Si le conducteur est réglo, il n’aura rien à redire et vous conduira là où vous voudrez. Vous n’êtes même pas obligés de réellement envoyer la plaque d’immatriculation. Si vous ne pouvez pas envoyer de message, il faut juste qu’on y croie.

Les 0,02% des cas où cette méthode ne pourrait pas marcher résident dans les deux situations suivantes :
– Le conducteur a un problème mental. Il n’a pas conscience de ce qu’il encourt en commettant le crime dont vous êtes la victime.
– Le véhicule dans lequel vous vous trouvez a été volé. Si si, c’est possible, ça m’est déjà arrivé deux fois mais je suis toujours tombé sur de gentils voleurs qui voulaient juste me rendre service.
Si vous tombez sur le cinglé ou le voleur agressif, d’accord, j’avoue, vous n’avez vraiment pas de chance mais dans la majorité des cas faire du stop s’avère être une expérience intéressante, à échanger avec quelqu’un que vous n’auriez sans doute jamais rencontré autrement, à multiplier les rencontres, les découvertes et même à vous habituer à parler de sujets divers en vous adaptant à l’interlocuteur altruiste qui vous a fait monter dans sa voiture.

Chaque personne qui me prend en stop, c’est un pas de plus vers la foi en l’humanité, un baume sur la vision d’un Monde dangereux peuplé de criminels. Si les gens étaient si mauvais, avec les quelques dizaines de milliers de véhicules dans lesquels je suis monté, ça fait longtemps que j’aurais arrêté de voyager en auto-stop.

Edit : Le jour de publication de cet article, je suis tombé sur une interview d’Anick-Marie, une globe-stoppeuse avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger quelques fois et avec qui je voyagerais volontiers.

Sa page.

Publicités

14 réflexions sur “ Auto-stop et sécurité ”

  1. Pas faux. Le seul truc dont j’ai vraiment eu peur quand je faisais du stop c’était de me paumer, ce qui est pas si grave (mais bon ça peut être chiant).
    Y a aussi le contraire, les gens qui ont très peur des auto-stoppeurs. Ca me rappelle la chanson des blaireaux:
    « Si les auto-stoppeurs volaient les sacs à main,
    ils prendraient comme tout l’monde les transports en commun »

    1. Au contraire, j’adore me perdre quand je voyage. C’est la raison pour laquelle je voyage principalement sans plan, à demander aux gens des coins sympas à découvrir. Quand on a le temps, ça réserve de superbes surprises.

      Pour les gens qui ont peur des auto-stoppeurs, je leur réserve un billet à part entière.

  2. super ton post!! moi aussi j’ai fait beaucoup d’auto-stop, et je trouve ça beaucoup moins dangereux que quand je rentre seule dans le dernier RER à 1h du mat! je suis allée jusqu’à Moscou l’été dernier avec une amie en stop et ça a été un voyage absolument génial! c’est vrai que ce mode de voyage redonne foi en l’humanité! les serial killers, y en a beaucoup plus à la télé que dans la vraie vie! c’est un moyen incroyable de rencontrer plein de gens! je fais comme toi pour la plaque d’immatriculation. je la mémorise et je la note dans un message sur mon portable. par contre, je ne l’envoie pas, c’est juste au cas où… par contre, j’ai peur que le fait d’en parler à ton conducteur introduise un peu un climat de méfiance…

    1. Pour peu que le conducteur soit compréhensif, il verra aisément la logique dans le fait d’assurer ta sécurité. L’affabilité efface rapidement l’éventuel climat de méfiance que ça peut susciter.

      Quant à mon article, je suis franchement dans une politique de « faites ce que je dis, pas ce que je fais » parce que noter une plaque avant de monter dans un véhicule, ça a du m’arriver trois fois sur plus de 10000 expériences.

  3. Parfait ton post ! C’est ce que je m’evertue à dire à tout le monde. Et tu le sais vu qu’on a voyagé ensemble 🙂
    En tant que fille j’ai eu souvent des filles ou mère de famille qui m’ont pris, et qui ne t’aurai peut etre pas pris. Justement beaucoup de gens cherchent à me protéger, donc c’est pas si affreux d’être une fille !
    Une autre technique qu’on m’a appris mais dont je n’ai jamais eu besoin : avoir un briquet et une feuille de papier, si le conducteur devient chelou, et ne veux pas s’arrêter, menacer de foutre le feu à sa caisse.

  4. tout à fait d’accord avec julia! les gens sont très protecteurs vis à vis d’une femme qui voyage seule. je l’ai très souvent remarqué lors de mes voyages. je suis depuis longtemps convaincue qu’en fait il est moins dangereux pour une femme de voyager seule que pour un homme, mais ça, c’est un point de vue très personnel…

  5. J’avoue ton billet me motive à essayer. Le coup de noter la plaque je ne connaissais pas et c’est une bonne idée.
    Quand je fais du covoiturage, je donne la plupart du temps le nom et le tel à quelqu’un avant de partir, c’est plus sur (surtout quand c’est un homme).
    A essayer 😉

  6. Interessant!
    J’ai pas mal fait de stop par le passé, à chaque fois de bons souvenirs!

    Le sms est une bonne idée, mais je sais pas, perso, je serais un peu mal à l’aise de lui annoncer cela, cela refroidit l’atmosphère. Mais bon à tester!

  7. Hey, si vous êtes une fille, vous pouvez aussi choisir de ne monter que dans des voitures où il y a des filles… comme le dis Juliachou, il y aura souvent des filles ou des mères de famille qui s’arrêteront… En France en tout cas, c’est vraiment facile !

    Sinon, faire du stop à 2 est à mon avis le moyen le plus sûr… Et puis ça permet de partager les aventures !

  8. Salut!!!!
    Bon tu dois être en route vers Barcelone pour la fête de la St. Jean. Je trinque à toi je suis également en route
    En tout cas au plaisir de t avoir dépanner pour ce petit trajet!!!!
    J ai survoler un peu ton site, alors comme ça on note ma plaque d immatriculation?!?!?
    Bon je te souhaite bon courage pour la suite de tes aventures
    Christophe a la voiture rouge sur un trajet bordeaux Toulouse!

  9. Génial ton article. Alors le truc marrant, c’est que moi on me sort toujours comme toi mais c’est le contraire, que mon mode de vie ne fonctionne que parce que je suis une femme, je penserai à leur passer le lien de ton blog la prochaîne fois. Et donc moi je suis l’amie de Sarah avec qui elle a fait Paris-Moscou en stop comme tu sais maintenant. Et en effet, Sarah notait la plaque dìmmatriculation. J’ai aussi fait beaucoup d’auto-stop toute seule, et je n’ai jamais fait ça j’avoue, je regarde plutôt la tête du mec, parce que pour le coup si on monte que dans des voitures de filles, on n’est pas vite arrivée. Car même si les méres de familles s’arrêtent, ce n’est même pas 10% des voitures dans lesquelles je suis montée. Et c’est génial d’avoir un commentaire d’un mec qui t’a pris en stop!

  10. Il est vrai que les femmes sont plus a risques au danger, mais de nos jours elles sont bien informées des dangers qui nous entour. Elles se protègent du mieux qu’elles peuvent. Le truc du cellulaire est très bien pensé. Cela peut changer vite les idées de la personne aux idées malsaines. Quoique pour une voiture volée, comme mentionner, la personne qui sera embarqué sera bien malchanceuse. Ici au Québec, il est rare de voir des auto-stoppeurs, car nous avons à notre disposition plusieurs alternatives comme ; amigo-express (Centrale de covoiturage à travers le Québec), des groupes facebook de gens qui font souvent de la route d’un point à l’autre et offre leur siège disponible. Ce sont des moyens de transports à peu de frais (division de l’essence par le nombre de passager), mais ayant le même principe que l’auto-stop, mais nous demandons l’autorisation du conducteur avant de le rencontrer. Un système qui fait beaucoup moins peur que de l’auto-stop, mais qui est accompagné des mêmes avantages de découvrir de nouvelles personnes qu’on ne pensait jamais rencontrer.

  11. Je te rejoins Antoine quand tu dis qu’il y a plus de « risques » de marcher dans la rue que de voyager en stop 🙂
    C’est une chouette aventure à vivre et si tu aimes les imprévus, tu aimeras les voyages à l’improviste et aller frapper aux portes pour rencontrer les gens.
    Comme toi, j’y expose les faux « risques » ici : http://www.travelmakepeople.com/risques-voyage-inconnu/
    Et fait part de ma première aventure dans un autre article.
    Si tu es curieux, n’hésite pas, à lire et à t’y lancer 🙂
    « Dizaine de milliers » tu m’impressionnes !! ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s